Comment criminaliser une manifestation à l'avance

nantes_capitale_verte.JPG

ou plutôt verte de peur ou verte pâle pas tous les verts bien-sûr, une tranche de cakes bien au chaud bien molle bien pensante, bien politisante.

A écouter le journal d’hier sur France Culture avec Clémentine Autin,Corinne le Page et Dominique Bourg.

Dominique Bourg (philosophe suisse,)

3_d_bourg_29_10_14.mp3

Comment criminaliser une manifestation à l’avance ? En décidant qu’elle sera violente, donc on mettra les forces de l’ordre en évidence, on bloquera les rues par prévention, on contrôlera le quidam, on ne sait jamais avec tous ces jeuness djahistes verts qui trainent dans la rue, on oubliera que la manifestation est en hommage à un jeune qui a été tué par une grenade offensive de la gendarmerie ou des CRS . Que l’ordre règne, que l’ordre marchand doit revenir dans les rues. Et l’Acipa qui rentre dans le piège de la division au moment où le nombre de rassemblements en France en hommage à Rémi Fraisse augmente chaque jour et c’est de cela que le pouvoir a peur, de sa jeunesse qui se bat contre l’injustice.

tout début de l’émission Clémentine Autin.

1_clementine_autin_29_10_14.mp3

Puis Corinne Lepage

2_Cle_C_lepage_29_10_14.mp3

P1140652.JPG

P1140656.JPG

Tiens allez jeter une oeil sur ce lien Mathieu Rigouste qui nous parle du rôle de cette police :"la mort de Rémi n’est pas une bavure , c’est un meurtre d’état.“

abattu01.jpg

 

Comment les Forces de l’ordre préparent la violence : engrenage dans les journeaux..
«Mesure préventive»
Vu le nombre de rassemblements qui ont lieux où qui se préparent en France, l’état de droit de quoi se prépare à montrer ses dents , à faire peur à nos bourgeois modernes, à nos consommateurs du samedi (cela n’a gêné aucunement le consommateur nantais de déambuler dans sa rue d’Orléans protégés par les grilles, emmurés dans son petit commerce en faisant semblant  d’oublier ce qui se passait 100 mètres plus loin , là où se retrouvaient applatis les gueux des villes et des campagnes. drôle de société on dirait le fim Brasil de Thierry Gilliam ) Ainsi ne pas tolérér un moindre pet de travers que se soit un tag(le tag à Nantes est soumis à l’autorisation de Scopit) ou même à un simple rassemblement comme hier à Paris où par mesure préventive, les personnes ont été controlés par la police au cas ils ne fileraient pas droit, les jeunes ont décliné leur identité : Rémi Fraisse, voilà une réponse solidaire à la hauteur de la bêtise de nos autorités qui en mis 23 en garde à vue et demain à Nantes. Les autorités sont en train de tester jusqu’où leur dispositif de contrôle sera accepté dans notre société si imbue d’elle-même numérique, pratique, participative, enjouée, civilisée et docile.
 

2014-11-01_Apres-les-arbres

[13h] Faut qu’on parle un peu de ce qu’il s’est passé à Paris hier soir quand même : quelques 300 manifestants, encerclés, gazés et tous contrôlés !!! 33 garde à vue dont 27 pour refus de donner l’identité.

allez voir sur le site tantquilyauradesbouilles

D’autres rassemblements à la mémoire de Rémi Fraisse sont programmées d’ici samedi. Celle prévue à Nantes, à l’appel des opposants radicaux à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et de la mouvance anti-capitaliste et anti-fasciste de Nantes, est considérée comme un événement « à risques » par les forces de l’ordre, selon des informations du quotidien Ouest-France.
On a compris, ils vont organiser un traquenard policier, arrêter par prévention les récalcitrants, leur trouver du sérum physiologique dans leurs poches (on en a tous, on en assez de se faire gazer à tout bout de champs, on en a tous dans les poches et à plus de cinquante ans pour aller manifester en toute sérénité, en toute sécurité,on se protège. Faudrait nous le dire, j’aimerai savoir si on a encore le droit de manifester légitimement.
Donc pour allez manifester normalement vu l’expérience des pratiques de la police à Nantes et ailleurs, on se méfie et on s’adapte, un casque parce que les coups sur la tronche on s’en passerait volontiers, il faudrait dire la gentille population du centre ville qu’il n’est point besoin de casser leurs belles vitrines, ni même de lancer quoi que se soit sur les forces de l’ordre pour se faire taper dessus par la marée chaussée en mal de se défouler, il suffit de leur parler et de leur dire d’arrêter de frapper les uns et les autres sans raison.

Je vais vous gratifier d’une image de ma personne peu gratifiante mais bien réelle du maintien de l’ordre à Nantes un certain mois de septembre 2011 lors des fêtes de l’Erdre le 9 septembre je crois où j’ai eu la malchance d’ assister à un désordre de gestion de l’ordre incroyable  qui criaient même que leur QG Waldeck rousseau était attaqué. (toute la séquence a été filmée). Ce qui m’a frappé (bing) à l’époque ce sont les jeunes qui sortaient du festival pour rentrer chez eux qui m’ont dit en me voyant me dirigeant vers la tente des secours avec une escouade de policiers derrière : " ce sont eux qui vous ont fait cela ?" d’autes "on vous frappe vous aussi" Et bien oui ! côté coeur, une marque bleue blanc rouge...et je recherche la photo du coup sur le crâne pour compléter le portrait.

Bon je vais monter la vidéo et la mettre en ligne pour bien montrer cette violence gratuite qui tombe sur tout le monde qui s’interpose légitimement sans violence commme vous le dites.

1_RDV_agres_police_00_28.mp3

coup-cote.JPG tete_ensanglante_e_1.JPG

 

 

 

 

 

 

flicaillon.jpeg

l’esprit frappeur en action. final des comptes ,selon la police et donc selon la presse, ces foutus jeunes qui ont encore semé la zone.

Ah bon, tout cela pour un nageur dans l’erdre  qui a été malmené par la police municipale qui l’a menotté ce qui après demande de ses amis de le racompagner ont commencé à distribuer généreusement des coups. et c’est parti en sucette.

 

 

 

Trois septembre 2014 fête de l’Erdre , le jour de l’action des zadistes dans les arbres du square Mercoeur qui va de venir le miroir d’eau bénite de l’urba de Nantes .combien de policiers pour les déloger une centaine+ Le GIGN et les tazers. Il n’y a pas eu de violence de la part des manifestants en soutien, par contre ,ils ont trinqués et deux ont été poursuivis mais finalement cela ne coresspondait pas à  la déclaration du commissaire (reconnu comme un faux témoignage par le tribunal ) bon soyez rassuré, bonne gens , le commisaire continue d’exercer son devoir en toute sinsérité d’honnêteté flagrante pour le  bien commun et chasser le gueux e ntout genre. Dormez tranquilles.

(je vais retrouver l’article en question) mais allez voir sur le blog en sept 2011.

Alors pour manifester, il faute en toute sécurité  un casque de vélo, des lunettes adaptées pour ne pas se prendre un flashball en traite à 30 mètres de distance, un masque de protection et des gants , c’est le minimum pour manifester pacifiquement en sécurité. Bon c’est vrai pas de couteau suisse trop facile de comdamner quelqu’un avec cela. Ah on a aussi un appareil photo. C’est notre arme démocratique face à vos brutalités.
La manif de lundi dernier a été calme, le long de ce parcours des tags ont été faits sur les murs, des vitrines et à partir de la rue Crébillon des vitrines de banques ont été ciblées et aussi certains magasins. Curieux que la police en nombre n’est point intervenue à ce moment vu les 15 policiers de la Bac qui nous tournaient autour absents ?  Bref , ils laissaient faire , plus de vitrine pétées c’est bon pou le petit commerce de propagande des mauvais zadistes tels djihadistes verts comme les nomme le FNSEA (vous savez eux qui cassent tout sous l’oeil des forces de l’ordre impassibles allez hop et un centre des impôts en flammes , c’est pas grâve. Paysans de la FNSEA en fait vous êtes des ayatolah de la productivité et de vrais casseurs certifiés, agissant en toute tranquilité protégés par les forces de l’ordre de l’état . en l’état des choses, ainsi faire monter la pression, condamner à l’avance. Attention nobles gens fermez les boutiques (eh, merdre c’est Samedi, on va perdre de l’argent, notre petit commerce va fermer) protéger vous nobles gens , les gueux sortent du bois. Les Archers du Roy sont là pour mater les émeutes.
Attention nobles gens que ses jeunes ne soient pas vos enfants !
On recommence comme le scénario du 22 février 2014.
Alors, les grands adultes, les sages, L’ACiPA va abandonner ses troupes, ces jeunes ? Ils ne seront plus là quand cela sera votre tour et vous n’aurez que vos yeux pour pleurer.
La lutte est plurielle et le futur viendra de la volonté de la jeunesse.
Un tag, une vitrine brisée n’est rien comparé à un mort, un oeil perdu et autres mutilations.
Non la ville de Nantes n’a pas été saccagée.
Oui, les jeunes sont vraiment pacifiques par rapport à ce qu’ils subissent en ce moment.
Marcel

Que l’on condamne la violence oui, que l’on ne rentre pas dans une spirale violente, oui

que l’on appelle au calme oui, que l’on soit là pour appaiser et faire corps, oui.

 

P1140655.JPG

P1140657.JPG

P1140658.JPG

    •
Mort de Rémi Fraisse : tensions entre CRS et manifestants à Paris
LIBERATION 30 octobre 2014 à 11:23 (Mis à jour : 30 octobre 2014 à 12:10)
Un rassemblement en mémoire de Rémi Fraisse a donné lieu à un face à face tendu mercredi soir sur le parvis de l’hôtel de ville. Vingt-neuf personnes ont été placées en garde à vue.

Trois jours après la mort de Rémi Fraisse, des incidents entre des manifestants et les forces de l’ordre ont eu lieu devant l’Hôtel de Ville de Paris, au cours d’un rassemblement à la mémoire du jeune homme de 21 ans, tué par un engin explosif sur le site du barrage de Sivens.
Vers 19h30 mercredi soir, alors que le rassemblement avait débuté depuis une demi-heure, une partie des quelque 300 à 700 manifestants se sont avancés vers les CRS postés aux abords de l’hôtel de ville, a constaté une journaliste de l’AFP sur place.
Les manifestants, dont certains portaient des casques «pour montrer qu’il y a un danger à manifester dans la rue», ont lancé quelques projectiles, pétards et fumigènes, en direction des forces de l’ordre en criant «L’État tue». Une phrase également taguée sur les vitrines et murs de l’hotel de ville, rapporte I-télé citant l’AFP.
Une partie d’entre eux s’est retrouvée encerclée par les forces de l’ordre qui ont procédé à des vérifications d’identité jusqu’à 3 heures du matin environ. En signe de protestation, les personnes interrogées ont dit s’appeler «Rémi Fraisse». Vingt-neuf personnes ont été interpellées et placées en garde à vue dont six pour voie de fait et 23 pour refus de présentation d’identité, selon des sources policières. Il s’agissait pour nombre d’entre eux de leur première manifestation.
Selon des personnes sur place, un manifestant aurait eu la jambe cassée par un coup de matraque. Selon le syndicat de police Alliance à Paris, un policier de la direction de l’ordre public et de la circulation a été «légèrement blessé».
«Mesure préventive»
«C’est dommage que ça ait viré à l’affrontement entre jeunes et CRS», a commenté Thomas Lavoipierre, un manifestant de 38 ans sur I-Télé. «Beaucoup de gens étaient là pour rendre hommage au jeune tué et ils se sont retrouvés dans une situation un peu guerrière». L’ensemble du personnel de l’Hôtel de ville a été évacué vers 18h30, rapporte le site de l’Express. Une «mesure préventive», décidée en milieu d’après-midi, en raison de possibles troubles.
D’autres rassemblements à la mémoire de Rémi Fraisse sont programmées d’ici samedi. Celle prévue à Nantes, à l’appel des opposants radicaux à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et de la mouvance anti-capitaliste et anti-fasciste de Nantes, est considérée comme un événement « à risques » par les forces de l’ordre, selon des informations du quotidien Ouest-France.

 

Marcelo

Author: Marcelo

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Comments are closed


No attachment



You might also like

Les oiseaux continuent à chanter malgré les gaz

Tout un gazouillis en gilets Jaunes partout en France , on tousse, on courre et on replante . Zad Partout ... Effectivement .

Continue reading

Terres Communes du 29 / 30 septembre 2018

 Ecoutes et reportages des Terres Communes du 29 / 30 septembre 2018 qui se sont déroulées sur la...

Continue reading